jeudi 31 juillet 2014

Sentier Le fjord – Jour 2

Le début du jour 2 a été beaucoup moins frénétique que la veille. On savait qu'on avait en masse de temps pour faire cette petite portion du sentier. Au réveil, j'ai fait le tour de l'équipe pour évaluer les dégâts laissés par les 18 km précédents. Aucun. Pas d'ampoules, d'entorses, d'étirements, de rougeurs, de bosses ni de douleurs chez personne. On était fins prêts pour un deuxième départ.

mercredi 30 juillet 2014

Sentier Le fjord – Jour 1

Vous ai-je déjà dit que mon chum est aventurier? Il carbure aux défis. Raid de vélo de montagne au Costa Rica, deux tentatives de faire l'Aconcagua, les Rocheuses à vélo... Pour ma part, j'embarque dans tous les projets qui permettent de me dévisser de ma chaise et de mettre un pied devant l'autre. Quand on a une passion, bin, c'est contagieux. Et on souhaite contaminer... nos propres enfants! C'est pourquoi on a décidé de leur faire relever un gros GROS défi cet été: une rando de 3 jours en autonomie (avec pas d'internet. Ça c'était le défi supplémentaire pour mon ado.)

mardi 29 juillet 2014

Petit modèle

Premier blitz de vacances terminé. Deux semaines que nous avons passées DEHORS. Cette semaine, je l'ai vécue assise derrière un ordinateur, entre des paravents. On ne peut imaginer plus différent comme contexte. J'ai toutefois repris avec plaisir ma routine de marche maison-boulot-maison. Et mon plaisir s'est décuplé grâce à mon nouveau sac-à-dos. Hé oui, mes beaux-parents sont (encore une fois) revenu d'Allemagne et cette fois-ci, mon Vaude était du voyage. Comme il est petit, et bien fait, et ergonomique. Je l'aime! Mais il a quand même besoin d'un peu d'ajustement pour accommoder mon très petit dos. Quand j'ai fait mon 12 km de vendredi, sans m'en rendre compte, il a frotté sur une toute petite surface de mon dos. J'ai une belle brûlure grosse comme un 25 cents sur l'omoplate droite.

lundi 21 juillet 2014

Lucioles, loriquets et compagnie

Pas de journal de bord pour ma dernière semaine de vacances. Pas nécessaire. J'ai couru 2 fois, une sortie longue de 90 minutes et une courte de 50 minutes. Puis, plus rien. Mes espadrilles me faisaient de l'oeil, tout piteux, à côté de la porte d'entrée, mais je ne les voyais même pas. Je passais mon chemin.

Lors de ma sortie courte, je suis tombée nez à nez avec deux magnifiques chevreuils. C'était à la charmante SÉPAQ Yamaska. "Woush, woush, chevreuils!" Ils ne voulaient pas décoler du sentier. Je sais bien que j'étais chez eux et que je les dérangeais. À force de les "wousher", ils sont finalement partis. 

dimanche 13 juillet 2014

Parlons Esperanto

Il y a des désirs qu'on laisse mûrir lentement. Depuis 12 ans, à chaque fois qu'on rentre dans une boutique de plein-air (ie: souvent), on fait un petit détour par la section des kayaks. Les yeux dans le vide, on se dit qu'un jour, on aura le nôtre. Et pour cultiver notre désir, on a kayaké au Bic, dans la baie de Bouctouche, aux Îles-de-la-Madeleine.

Cette année, notre désir est arrivé à point. Nous avons acheté notre kayak, un superbe tandem Esperanto.

dimanche 6 juillet 2014

Bang! Kaboum! Klang!

J'ai mis le rhume KO.

C'est quand même fascinant de voir que six jours seulement séparent une sortie souffrante à 7m30 du km pour 8.7 km et une sortie facile à 6m02 du km pour 14.5km. Tout ça à cause d'une toute petite infection bénigne, comme un grain de sable dans l'engrenage.

samedi 5 juillet 2014

À mon rythme

Régulièrement, quand je cours, je prends une minute pour compter mes pas, pour vérifier ma cadence. Habituellement, mes pas vont au rythme de 180 par minute (178 à 182 pas). Malade ou top shape, sur route ou sur sentier = 180 pas/minute. Mon corps adopte naturellement le rythme souhaité, qui permet de moins se blesser.

Et pourtant je suis génétiquement dépourvue du sens du rythme.